Free Website Translator L'église Baptiste, une famille en Jésus-Christ!

Au bord

Il existe un tunnel de lave souterrain au sud de Kuna, dans l’Idaho, qui a gagné une certaine notoriété auprès des gens de la région. Si je ne m’abuse, il a pour seule entrée un puits béant plongeant tout droit dans les ténèbres. Il y a quelques années, je me suis tenu au bord de ce puits et j’y ai plongé le regard. Me sentant poussé à m’aventurer plus près, j’ai presque perdu l’équilibre. Pris de terreur, j’ai reculé aussitôt. Le péché pique lui aussi notre curiosité. Il arrive souvent que des hommes et des femmes s’en approchent trop, perdent pied et tombent dans les ténèbres. Ils ont détruit leur famille, leur réputation et leur carrière en se livrant à l’adultère, qui a commencé par un « simple » flirt, mais qui s’est mué en pensées et en actions. En revenant sur le passé, ils déclarent presque invariablement : « Je n’aurais jamais cru en arriver là. » Nous croyons pouvoir flirter avec la tentation, nous approcher le plus près possible du bord et nous en éloigner ensuite, mais nous nous leurrons. Nous savons qu’une certaine action est répréhensible, mais nous jouons malgré tout avec elle. Puis, inévitablement, des perversions plus profondes et plus sombres nous attirent, comme Jésus l’a exprimé en termes simples : « [Quiconque] se livre au péché est esclave du péché » (Jn 8.34). Puis, voyant notre besoin de Dieu, nous prions comme David : « Garde aussi ton serviteur des pensées d’orgueil ; qu’elles n’aient sur moi pas la moindre emprise ! » (Ps 19.14, Semeur.) Roper - Pain Quotidien

Le grand coeur de Dieu

Roger a vécu beaucoup d’épreuves. Il a subi une opération à coeur ouvert visant à réparer une valve qui fuyait. Seulement quelques semaines plus tard, les médecins ont dû refaire l’opération à cause de complications. Il venait d’amorcer sa convalescence en physiothérapie lorsqu’il a eu un accident de vélo et qu’il s’est cassé la clavicule. En plus, Roger a vécu la perte tragique de sa mère durant ce temps‑là. Il est donc devenu très découragé. Lorsqu’un ami lui a demandé s’il avait vu Dieu à l’oeuvre dans une petite chose ou une autre, il a avoué qu’il ne l’avait réellement pas vu. L’honnêteté de Roger me plaît. Les sentiments de découragement et de doute font aussi partie de ma vie. Dans l’épître aux Romains, l’apôtre Paul dit : « Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance » (5.3,4). Cela ne veut toutefois pas dire que nous éprouvions toujours de la joie. Il se peut que nous ayons simplement besoin qu’une personne s’assoie avec nous pour nous écouter lui ouvrir notre coeur ou de parler à Dieu. Il arrive parfois que nous devions regarder en arrière afin de revoir la situation pour remarquer combien notre foi a grandi durant une période d’épreuves et de doutes. Le fait de savoir que Dieu désire utiliser nos difficultés pour affermir notre foi peut nous aider à mettre notre confiance en son grand coeur rempli d’amour pour nous. Anne - Pain Quotidien

Comment avoir la paix

La Chapelle de Kamppi (ou du silence) à Helsinki, en Finlande, se découpe du paysage urbain. La structure toute en courbes et revêtue de bois étouffe les bruits provenant de la ville bourdonnante d’activité à l’extérieur. On a créé cette chapelle comme lieu silencieux et « milieu tranquille permettant aux visiteurs d’y retrouver leur calme ». Dans ce refuge accueillant, il est possible d’échapper au brouhaha de la vie citadine. Beaucoup de gens aspirent à la paix, et quelques minutes de silence peuvent apaiser leur esprit. La Bible enseigne toutefois que la paix véritable – celle de Dieu – provient du Fils. L’apôtre Paul a dit : « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus‑Christ » (Ro 5.1). Sans Christ, nous sommes les ennemis de Dieu à cause de nos péchés. Heureusement, le fait d’accepter le sacrifice de Jésus en notre faveur nous réconcilie avec Dieu et met fin à notre hostilité envers lui (Col 1.19‑21). Il nous voit donc tels que Christ nous présente à lui : « [Saints], sans défaut et sans reproche » (v. 22). Être en paix avec Dieu ne nous garantit pas une vie sans problèmes, mais nous tranquillise durant les périodes éprouvantes. Jésus a dit à ses disciples : « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi », mais « [vous] aurez des tribulations dans le monde » (Jn 16.33). Grâce à Christ, la paix véritable de Dieu peut nous remplir le coeur (Col 3.15). Jennifer - Pain Quotidien

Il m’a trouvé

Le film Amazing Grace nous ramène à la fin des années 1700. Il raconte l’histoire de William Wilberforce, un politicien mû par sa foi en Christ à consacrer son argent et son énergie à l’abolition de l’esclavage en Angleterre. Dans une des scènes de ce film, le majordome de Wilberforce trouve celui‑ci en train de prier. Le majordome lui demande : « Vous avez trouvé Dieu, monsieur ? » Et Wilberforce de lui répondre : « Je crois qu’il m’a trouvé. » La Bible dépeint l’humanité comme des brebis égarées : « Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie » (És 53.6). En fait, cet état d’errance est enraciné en nous à tel point que l’apôtre Paul a dit à son sujet : « Il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous se sont pervertis » (Ro 3.10‑12). Voilà pourquoi Jésus est venu sur la terre. Étant donné que nous ne l’aurions jamais cherché, c’est lui qui est venu nous chercher. Jésus a proclamé sa mission comme ceci : « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Lu 19.10). Wilberforce avait tout à fait raison. Jésus est venu nous trouver, car nous ne serions jamais parvenus à le trouver s’il nous avait laissés à nous‑mêmes. Le fait qu’il vienne à notre recherche et qu’il désire nous faire siens exprime nettement l’amour que le Créateur porte à sa création perdue. Bill - Pain Quotidien

Puissance grise

L’artiste hollandaise Yoni Lefevre a créé un projet qu’elle a appelé « Puissance grise » pour démontrer la vitalité de la génération vieillissante des Pays‑Bas. Elle a demandé à des écoliers de sa région de dessiner leurs grands‑parents. Lefevre désirait montrer une « image honnête et pure » des personnes âgées, et elle était d’avis que les enfants pouvaient l’y aider. Les dessins de ces jeunes reflétaient une perspective fraîche et vivante de leurs aînés. On pouvait y voir des grands‑mères et des grands‑pères en train de jouer au tennis, de jardiner, de peindre et plus encore ! Caleb, dans l’Israël de l’Antiquité, a joué un rôle crucial jusqu’à un âge avancé. Jeune, il a infiltré la Terre promise avant que les Israélites la conquièrent. Caleb croyait que Dieu aiderait sa nation à vaincre les Cananéens, mais les autres espions ne partageaient pas son avis (Jos 14.8). En raison de la foi de Caleb, Dieu lui a conservé miraculeusement la vie pendant 45 années de plus, afin qu’il survive à l’errance dans le désert et qu’il entre en Terre promise. Le temps venu pour lui d’entrer en Canaan, ce Caleb de 85 ans a dit : « [J’ai] autant de force que j’en avais alors » (v. 11). Avec l’aide de Dieu, Caleb a pu réclamer sa part du pays (No 14.24). Dieu ne nous oublie pas dans notre vieillesse. Bien que notre corps vieillisse et que notre santé s’altère, l’Esprit Saint de Dieu nous renouvelle intérieurement chaque jour (2 Co 4.16). Il fait en sorte que notre vie compte, peu importe notre âge. Jennifer - Pain Quotidien

Whose Mess?

« Est‑ce qu’ils ne pourraient pas transporter leurs ordures jusqu’ici ? » ai‑je grommelé à Jay en ramassant des bouteilles vides sur la plage et en les jetant dans la poubelle située à moins de six mètres de là. « Le fait de laisser la plage sale pour les autres leur procure‑t‑il plus de fierté ? J’espère vraiment que ce sont des touristes. Je préfère croire que parmi les gens du coin aucun ne traiterait notre plage avec aussi peu de respect. » Pas plus tard que le lendemain, je suis tombée sur une prière que j’avais écrite plusieurs années auparavant au sujet de la nécessité de ne pas juger les autres. Mes propres paroles m’ont rappelé combien j’avais tort de m’enorgueillir de ranger le désordre des autres. À dire vrai, il y a beaucoup de mes propres ordures sur lesquelles je ferme les yeux, surtout au sens spirituel. J’en viens vite à me dire que, si je ne parviens pas à mettre ma vie en ordre, c’est parce que les autres ne cessent d’y mettre du désordre. Et j’en conclus rapidement que « les ordures » qui polluent mon entourage appartiennent à quelqu’un d’autre que moi. Reste que ni l’un ni l’autre n’est vrai. Rien se trouvant à l’extérieur de moi ne peut me condamner ou me contaminer – seul ce que j’ai à l’intérieur de moi le peut (Mt 15.19,20). Les vraies ordures sont l’attitude qui me pousse à lever le nez sur la légère odeur du péché d’un autre alors que je fais fi de l’odeur nauséabonde de mon propre péché. Julie - Pain Quotidien