Free Website Translator L'église Baptiste, une famille en Jésus-Christ!

MES AMIS ET MOI

Jean Chrysostome (347-407), l’archevêque de Constantinople, a dit ceci au sujet de l’amitié : « Ainsi va l’amitié, elle nous fait aimer les lieux et les saisons ; car comme […] les fleurs laissent tomber leurs douces feuilles au sol autour d’elles, ainsi les amis procurent des faveurs là même où ils résident. » Jonathan et David illustrent la douceur d’une véritable amitié. La Bible rapporte le lien intime et immédiat qui les a unis l’un à l’autre (1 S 18.1). Ils ont entretenu leur amitié en démontrant leur loyauté l’un envers l’autre (18.3 ;20.16,42 ; 23.18) et ils l’ont nourrie en se préoccupant l’un de l’autre. Jonathan a fait des cadeaux à David (18.4) et a veillé sur lui durant plusieurs périodes difficiles (19.1,2 ; 20.12,13). Dans 1 Samuel 23.16, nous sommes les témoins du moment le plus fort de leur amitié. Lorsque David fuyait le père de Jonathan, « Jonathan, fils de Saül, se leva et alla vers David dans la forêt. Il fortifia sa confiance en Dieu. » Les amis nous aident à puiser notre force en Dieu lorsque nous touchons le fond. Dans un monde où la plupart des relations sont intéressées, soyons le genre d’amis qui se concentrent sur ce qu’ils peuvent donner. Jésus, notre Ami parfait, a démontré pour nous qu’il « n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn 15.13). Chia - Pain Quotidien

UNE ŒUVRE EN PROGRESSION

On a considéré Pablo Casals comme le plus grand violoncelliste de la première moitié du XXe siècle. Comme il jouait encore au seuil de devenir centenaire, un jeune journaliste lui a demandé : « Monsieur Casals, vous avez 95 ans et vous êtes le plus grand violoncelliste que la terre ait porté. Pourquoi vous exercez-vous encore six heures par jour ? » À cela, M. Casals a répondu : « Parce que je crois être encore en train de m’améliorer. » Quelle formidable attitude ! En tant que croyants en Christ, nous ne devrions jamais nous contenter de penser que nous avons atteint le sommet de la réussite spirituelle d’une façon ou d’une autre, mais continuer plutôt de « [croître] dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ » (2 Pi 3.18). Jésus nous rappelle dans Jean 15.16 qu’il nous a choisis pour que nous allions et que nous portions du fruit. Une saine croissance consiste à porter du fruit spirituel tout au long de notre vie. Voici ce que notre Seigneur nous promet : « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire » (v. 5). Dans une progression stable et fidèle vers la ressemblance de plus en plus grande de celui que nous aimons et servons, nous pouvons avoir l’assurance que celui qui a commencé en nous « une bonne œuvre » l’achèvera le jour de son retour (Ph 1.6). Cindy - Pain Quotidien

NOËL UKRAINIEN

Les Ukrainiens incluent de nombreux éléments merveilleux dans leur observance de Noël. On place parfois des fétus de paille sur la table du soir pour rappeler l’étable de Bethléhem. Une autre partie de leurs célébrations évoque les événements qui se sont déroulés la nuit où le Sauveur est entré dans le monde. Ils offrent une prière de Noël, puis le père de famille déclare : « Christ est né ! » La famille lui répond alors : « Glorifions-le donc ! » Ces paroles attirent mon attention sur l’apparition des anges dans le ciel de Bethléhem la nuit où Christ est né. Les anges du Seigneur ont annoncé : « [C’est] qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Lu 2.11). L’armée céleste lui a répondu : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée ! » (v. 14.) Ces messages jumeaux donnent énormément de profondeur à la signification de ce merveilleux temps de l’année. Le Sauveur est venu nous apporter le pardon et l’espoir – et il mérite toute l’adoration que nous pouvons lui procurer. Que tous ceux qui connaissent le merveilleux don de la vie éternelle se joignent aux voix de cette armée céleste pour déclarer : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts […] ! » Bill - Pain Quotidien

DES ÉCONOMES DE LEUR HISTOIRE

Beaucoup de gens veillent par tous les moyens à ce que leurs ressources soient bien utilisées après leur mort. Ils établissent des fonds en fiducie, ils rédigent des testaments et ils créent des fondations visant à garantir que leurs biens continueront de servir à de bonnes fins après leur passage ici-bas. Voilà ce que l’on appelle être un bon économe. Ce qui est cependant tout aussi important, c’est d’être de bons économes de l’histoire de notre vie. Dieu a ordonné aux Israélites non seulement d’enseigner ses lois à leurs enfants, mais aussi de veiller à ce que ces derniers connaissent leur histoire familiale. Il incombait aux parents et aux grands-parents de veiller à ce que leurs enfants sachent comment Dieu avait œuvré en leur faveur (De 4.1-14). Dieu nous a confié une histoire unique. Il a personnalisé son plan pour notre vie. Les autres savent-ils en quoi vous croyez et pourquoi ? Connaissent-ils l’histoire de votre venue à la foi et savent-ils comment Dieu a œuvré dans votre vie pour affermir votre foi ? Savent-ils combien Dieu s’est montré fidèle envers vous et vous a aidé à surmonter vos doutes et vos déceptions ? La fidélité de Dieu correspond à l’histoire que nous avons le privilège de transmettre à d’autres. Assimilez-la d’une manière ou d’une autre et partagez-la. Soyez un bon économe de l’histoire que Dieu raconte par votre intermédiaire. Julie - Pain Quotidien

UNE NAISSANCE PARTICULIÈRE


Dans les pages de la Bible, plusieurs poupons mâles se distinguent des autres. Caïn, le premier à naître après la création. Isaac, l’espoir d’Israël. Samuel, la réponse à la prière fervente d’une mère. Tous extrêmement importants. Tous attendus avec joie. Et tous décrits exactement de la même manière par les chroniqueurs scripturaires : dans chaque cas, on nous dit que la mère a conçu et a donné naissance à un fils (Ge 4.1 ; 21.2,3 ; 1 S 1.20). Envisagez maintenant la naissance d’un autre poupon mâle, dont on a décrit l’arrivée beaucoup plus en détail : quelques mots n’auraient nettement pas suffi à raconter la naissance de Jésus. Dans Michée, on nous dit où il naîtrait : Bethléhem (5.2). Dans Ésaïe, on nous révèle que sa mère serait vierge (7.14) et qu’il venait pour sauver son peuple de ses péchés (ch. 53). Dans le Nouveau Testament, on nous procure des renseignements clés comme ce que serait son nom et pourquoi on le nommerait ainsi (Mt 1.21), où il est né conformément à la prophétie (2.6) et quels rôles sa mère biologique et son père adoptif ont joués dans le plan de Dieu (1.16). La naissance de Jésus est supérieure à toutes les autres naissances. Sa venue a transformé le monde et peut transformer notre vie. Célébrons-le donc ! Dave - Pain Quotidien

UN AUTRE HÉROS DE NOËL

Pendant la majeure partie de ma vie, l’importance du rôle que Joseph a joué dans l’histoire de Noël m’a échappé. Cependant, lorsque je suis moi-même devenu mari et père, j’ai apprécié davantage à sa juste valeur le doux caractère de Joseph. Avant même de savoir comment Marie était tombée enceinte, il a décidé de refuser de la mettre dans l’embarras ou de la punir pour ce qui semblait être une infidélité (Mt 1.19). Son obéissance et son humilité m’émerveillent, car il a non seulement fait ce que l’ange lui avait demandé (v. 24), mais encore il s’est privé d’être intime avec Marie avant la naissance de Jésus (v. 25). Nous apprenons plus tard que Joseph était prêt à fuir sa maison pour protéger Jésus (2.13-23). Imaginez les pressions que Joseph et Marie ont dû subir lorsqu’ils ont appris qu’ils allaient devoir élever Jésus et prendre soin de lui ! Imaginez la complexité et les pressions associées à la vie de tous les instants avec le Fils de Dieu ; un appel constant à la sainteté par sa présence même. Quel homme Joseph devait être pour que Dieu lui confie pareille tâche ! Quel merveilleux exemple à suivre, que nous élevions nos propres enfants ou ceux des autres qui nous sont maintenant confiés ! Puisse Dieu nous accorder la force de nous montrer fidèles comme Joseph, même si nous ne saisissons pas entièrement le plan de Dieu à notre égard. Randy - Pain Quotidien